Retour à la page d'accueil (accesskey:1)

Les Amis du Livre Pyrénéen-

Louis François Elisabeth RAMOND DE CARBONNIERES - VOYAGE AU SOMMET DU MONT-PERDU (An XI). Exemplaire provenant des bibliothèques de Jean Senmartin puis du Chanoine Doazan.


VOYAGE AU SOMMET DU MONT-PERDU. Par L. Ramond, membre de l'Institut National. Extrait du Journal des Mines, N° 83, Thermidor, An II [Fleuron]. A Paris, De l'Imprimerie de Bossange, Masson et Besson, An XI (1803).
In-8°, s.f.t., 32 pp.


Très rare. Très recherché. Voir Jacques Labarère, Les Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares N° X. Ramond fit réaliser quelques tirages à part de ce texte paru dans le Journal des Mines, N° 83, Floréal, an XI, vol. XIV, pp. 321-350, sous le titre : Voyage au sommet du Mont-Perdu, Par L. Ramond, membre de l’Institut national. Lu à l’Institut, le 19 floréal an 11 ; nous n'en connaissons aujourd'hui que 13 exemplaires, presque tous corrigés de la main de l'auteur. Sur la page de titre, les caractères typographiques utilisés pour les dates sont ambigus et prêtent à confusion : après Thermidor, an II, il faut lire an onze [II] et non pas an deux. Il en va de même pour le texte publié dans le Journal des Mines.
Une variante abrégée du texte fut publiée par Ramond lui-même, en 1804, dans les Annales du Muséum d'Histoire Naturelle, Tome III, An XII, pp. 74-84.
Le texte complet a été publié à nouveau par Paul Dubié, d’abord en 1913 dans La Petite Revue du Midi, IIe année, Août-Septembre 1913 pp. 161-172 et Octobre 1913, pp. 198-204, puis en 1914 (tiré à 125 exemplaires), et ensuite par R.-J. Grenier, en 1926 avec une très importante analyse (tiré à 310 exemplaires).
Le texte du Journal des Mines fut publié en anglais à Londres puis à Philadelphie. A Londres dans : A General Collection of the best and most interesting Voyages and Travels... by John Pinkerton [London, 1809, tome IV, pp. 711 et suivantes], sous le titre : Journey to the summit of Mont-Perdu, the highest mountain of the Pyrenees. Deux ans après, l’édition américaine de ce même ouvrage est publiée à Philadelphie: A General Collection of the Best and Most Interesting Voyages and Travels in all parts of the World ; many of which are now first translated into English. Digested on a new plan. By John Pinkerton, author of Modern Geography, etc Volume the fourth [Philadelphia, Published by Kimber and Conrad, Merritt, Printer, Watkin’s Alley, 1811, tome IV, pp. 819-831], le texte de Ramond y a pour titre : Journey to the Summit of Mont Perdu, the highest mountain in the Pyrenees, by L. Ramond, Member of the National Institute ; and read in that Society the 19 Floreal, an 11.
¶ Manescau, p. 327, N° 177. Cent Ans, I, 75-83, 86, 90 ; II, 73 ; IV, 8. Sommet des Pyrénées, III, pp. 12, 30, 32-43, 47, 221, 232. Labarère, II, N° 1231.



Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Elégante reliure récente en plein cartonnage à la Bradel recouvert de papier ancien, dos lisse avec étiquette manuscrite portant titre.
Sur le catalogue personnel de sa bibliothèque Jean Senmartin avait noté qu’il possédait deux exemplaires identiques de cet ouvrage, celui-ci, qui fut vendu sur un catalogue de livres anciens à prix marqué du Libraire Hauvette en 1993, et un autre, qui fut vendu à l’Hôtel des Ventes d’Auch en 1994. Toujours selon J. Senmartin, le relieur qui aurait exécuté la parfaite et sobre reliure aurait été Devauchelle.


Provenance

• Jean Senmartin (1905-1993), bibliophile et pyrénéiste lourdais, fondateur du Groupe pyrénéiste de Haute Montagne, ouvrit dans les Pyrénées de nombreuses voies d’escalade aujourd’hui classiques, notamment dans le massif du Balaïtous. La majeure partie de sa bibliothèque pyrénéiste, riche en beaux et rares exemplaires et très complète en ce qui concerne les albums, fut vendue en 1993 dans deux catalogues à prix marqués édités par le libraire palois Bernard Hauvette, puis à l’Hôtel des Ventes d’Auch, le 30 avril 1994.
• Mars 1993, Catalogue de livres à prix marqués : Livres, albums, dessins, aquarelles sur les Pyrénées [p. 11, N° 61].
• Chanoine Pierre Victor Doazan (1919-2002), l’un des plus raffinés bibliophiles pyrénéens qui réunit une prestigieuse bibliothèque qui fut probablement la plus grande bibliothèque privée pyrénéenne, réputée pour l’abondance des ouvrages rares ou très rares et par la grande qualité des exemplaires réunis, complétée par un rare ensemble d’iconographie pyrénéenne. Professeur au Grand-Séminaire de Tarbes (1949), aumônier de l’Hospice Saint-Frai à Lourdes (1967). Il se sépara d’une grande partie de sa bibliothèque lorsqu’il prit sa retraite et quitta l’Hôpital Saint-Frai en 1996, ne conservant que ceux des Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares qu’il avait réunis et une centaine de rares et beaux ouvrages sur la Bigorre. Il faisait relier ses ouvrages par le relieur parisien Adrien Lavaux (16, place Dauphine) qui exécuta spécialement pour habiller ses plaquettes un assez grand nombre de reliures à la Bradel très caractéristiques, : cartonnages recouverts d’un plein papier glacé uni, dans les tons de rouge ou de vert, avec des titres dorés en long au dos. On reconnaît souvent les ouvrages de cette bibliothèque grâce aux très discrètes marques au crayon que le chanoine Doazan écrivait sur les dernières gardes : date et prix d’achat ou de reliure.
• Père Louis Doazan (1925-2018), né à Lourdes, il arrive en Corse en 1951 comme professeur au petit séminaire d’Ajaccio tenu par les pères Oblat. Il y crée un centre de documentation pédagogique et un musée scolaire constitué par les objets et spécimens collectés par ses élèves. Nommé en 1970 curé de La Porta d’Ampugnani, il y aménage un musée privé ouvert au public. En 1972, il a déjà constitué une importante collection d’objets dont il fait don à l’Etat sous réserve qu’elle soit exposée en Corse. De 1973 à 1978 il est déchargé provisoirement de son ministère et le Musée national des Arts et Traditions populaires lui confie une étude approfondie sur le pastoralisme : il rassemble dans 64 cahiers d’ethnologie, les commentaires, les photographies et les croquis constitués au cours de ses enquêtes de terrain. Ces cahiers sont indissociables des 3000 objets collectés auxquels ils se réfèrent. Ses collections sont la base du Musée de Corte. Il prit sa retraite au couvent de Vico. En 2002, après le décès de son frère le Chanoine Pierre-Victor Doazan, il hérite des ouvrages pyrénéistes que son frère avait conservés lorsqu’il prit sa retraite dont ceux des Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares qu’il avait réunis et une centaine de rares et beaux ouvrages sur la Bigorre. Il vendit cet ensemble à un libraire d’ancien.
• Bibliothèque Privée.


Références

• [Catalogue de vente à prix marqués] – Bernard Hauvette, 8, rue Rivarès, Pau. Livres, albums, dessins, aquarelles sur les Pyrénées [de provenance Jean Senmartin]. [s. l.] [1993]. [p. 11 N° 61].