Les Amis du Livre Pyrénéen-

Alfred TONNELLE - TROIS MOIS DANS LES PYRENEES (1859). Exemplaire dans une rare reliure de maroquin rouge signée A. Mame.


TROIS MOIS DANS LES PYRENEES ET DANS LE MIDI EN 1858. Journal de voyage d'Alfred Tonnellé. Tours, Imprimerie Ad Mame et Cie, 1859.
In-12, f.t., t., 523 pp., couv. grise impr.


Edition originale. Très rare. Très recherché. Remarquable récit de voyage et d’ascensions dans les Pyrénées françaises et espagnoles de Luchon à la Méditerranée, puis excursions en Provence et retour par Marseille, Orange, Lyon. Avec de nombreux récits d’ascensions : Entécade, Maladetta, Crabioules, Pic Sacroux, Forcanade, Mont Perdu, et de nombreuses excursions dans les Pyrénées Centrales. Voir Jacques Labarère : Les Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares, N° XVIII. Un des grands livres du pyrénéisme, un chef d'œuvre, écrit à son propos Henri Beraldi ; et Le Bondidier d'ajouter : précieux par son texte [...] précieux par sa rareté bibliophilique. L’un des plus célèbres ouvrages du pyrénéisme publié par G.-A. Heinrich à la demande de la mère d’Alfred Tonnellé. Quelques extraits en avaient été publiés peu auparavant dans les Fragments sur l’Arts et la Philosophie. Tiré à 100 exemplaires et non mis dans le commerce selon le Catalogue des Livres composant la Bibliothèque de feu M. Jules Taschereau, Paris, Adolphe Labitte, 1875 [N° 1850, p. 263]. En 1928, Le Bondidier n'en connaissait que 6 exemplaires et estimait à 12 le nombre d'exemplaires subsistant. Aujourd'hui, nous en avons recensé 24 dont 9 dans des bibliothèques publiques. Les exemplaires brochés sont de toute rareté [cf. Le Bondidier, Bulletin Pyrénéen, N° 216, p. 76]. Beraldi qui n’en avait eu connaissance que par l’exemplaire de Bertrand de Gorsse, en fit réimprimer les 320 premières pages chez Lahure en 1901 [un exemplaire, plus quelques exemplaires qualifiés d’épreuve]. Rééditions : par R. Gazagne en 1925 et par les Amis du Livre Pyrénéen en 1977, avec un portrait rajouté. Une traduction en Catalan a été publiée en 2000 [Garcineu Edicions].
Cent Ans, II, 166-221. Carrière posthume de Ramond, pp. 57-64, 84-85. B. de Gorsse, N° 4904. Fourcassié, pp. 89, 122, 289-293, 330, 362, 417. Duloum, p. 24. Noell I, 702. Labarère, II, N° 1566.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Relié plein maroquin rouge époque, dos à nerfs avec caissons très ornés de dentelles dorées, large dentelle sur les plats, double filet doré sur les coupes, large dentelle intérieure, tranches dorées, étui bordé de maroquin rouge, reliure signée en queue Reliure A. Mame, ce qui est fort rare, car si l’on connaît de nombreuses reliures sortant des ateliers Mame, seules quelques unes, de grande qualité sont connues pour être signées. Dans la chasse inférieure du second contreplat est une signature en lettres dorées : Barbot Jne Chef d’Atelier [en 1867, Barbot était le contremaître de la reliure]. A l’angle supérieur droit d’une page de garde est la mention suivante portée au crayon : Londres – 1862 [A Cailly ( ?), A. Bailly ( ?)], qui indique que cet exemplaire fut présenté à l’exposition Universelle de Londres de 1862.
L’Exposition Universelle de 1862 se tint à Londres du 1er Mai au 1er Novembre 1862 ; l’imprimerie Mame était l’exposant N° 2740 : Printed books, engravings, Class XXVIII- France, son stand était localisé South-West Court et South West Gallery [Cf. The International Exhibition of 1862. The Illustrated Catalogue of the Industrial Department. Vol. III. Colonial and Foreign Divisions. Printed for Her Majesty’s Commissioners [1862], p. 131.


Provenance

• Chanoine Pierre Victor Doazan (1919-2002), l’un des plus raffinés bibliophiles pyrénéens, réunit une prestigieuse bibliothèque complétée par un rare ensemble d’iconographie pyrénéenne. Cette bibliothèque était caractérisée par l’abondance des ouvrages rares réunis et par la grande qualité des exemplaires réunis. Professeur au Grand-Séminaire de Tarbes (1949), aumônier de l’Hospice Saint-Frai à Lourdes (1967). Il se sépara d’une grande partie de sa bibliothèque lorsqu’il prit sa retraite et quitta l’Hôpital Saint-Frai en 1996, ne conservant que les Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares qu’il avait réunis et une centaine de rares et beaux ouvrages sur la Bigorre. Il faisait relier ses ouvrages par le relieur parisien Adrien Lavaux (16, place Dauphine) qui exécuta notamment un assez grand nombre de reliures à la Bradel très caractéristiques, pour habiller des plaquettes : cartonnages recouverts d’un plein papier glacé uni, dans les tons de rouge ou de vert, avec des titres dorés en long au dos. On reconnaît souvent les ouvrages de sa bibliothèque grâce aux très discrètes marques au crayon qu’ils portent sur les dernières gardes : date et prix d’achat ou de reliure.
• Père Louis Doazan (1925-2018), né à Lourdes, il arrive en Corse en 1951 comme professeur au petit séminaire d’Ajaccio tenu par les pères Oblat. . Il y crée un centre de documentation pédagogique et un musée scolaire constitué par les objets et spécimens collectés par ses élèves. Nommé en 1970 curé de La Porta d’Ampugnani, il y aménage un musée privé ouvert au public. En 1972, il a déjà constitué une importante collection d’objets dont il fait don à l’Etat sous réserve qu’elle soit exposée en Corse.De 1973 à 1978 il est déchargé provisoirement de son ministère et le Musée national des Arts et Traditions populaires lui confie une étude approfondie sur le pastoralisme : il rassemble dans 64 cahiers d’ethnologie, les commentaires, les photographies et les croquis constitués au cours de ses enquêtes de terrain. Ces cahiers sont indissociables des 3000 objets collectés auxquels ils se réfèrent. Ses collections sont la base du Musée de Corte. Il prit sa retraite au couvent de Vico. En 2002, après le décès de son frère, le Chanoine Pierre-Victor Doazan, il hérite des ouvrages pyrénéistes que son frère avait conservés lorsqu’il prit sa retraite dont ceux des Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares qu’il avait réunis et une centaine de rares et beaux ouvrages sur la Bigorre. Il vendit cet ensemble à un libraire d’ancien, ne conservant que 3 ou 4 ouvrages qu'il offrit à des amis de son frère.
• Bibliothèque Privée.


Voir d'autres exemplaires :