Les Amis du Livre Pyrénéen-

Joseph HARDY – VOYAGE PITTORESQUE ET DESCRIPTIF DANS LES HAUTES-PYRENEES. Traduction de Barère de Vieuzac (1839). Exemplaire de Henri Beraldi.


VOYAGE PITTORESQUE ET DESCRIPTIF DANS LES HAUTES-PYRENEES, contenant plusieurs détails sur les établissements thermaux de ce département, Par J. Hardy, Ecuyer, Traduit de l'Anglais, avec vingt-quatre appendices ajoutés par B. Barère-de-Vieuzac, Membre de plusieurs Académies [3 l.p.t., épigraphe de Byron]. Tarbes, Imprimerie de F. Lavigne, 1839.
In-18, s.f.t., 249 pp., 1 f.bl.n.ch., couv. bleue impr.


Peu commun. Très recherché. Traduction de A picturesque and descriptive tour in the mountains of the High Pyrenees..., augmentée d'Appendices [pp. 127-249]qui sont des petits textes concernant les sites importants des Hautes-Pyrénées. Cette traduction ne contient pas la reproduction des aquatintes qui illustrent l’édition originale anglaise.
Une note au bas de la première page de texte souligne que le texte anglais était inconnu en France avant cette traduction. Rappelons que le traducteur est le révolutionnaire Bertrand Barère-de-Vieuzac qui fut surnommé L’Anacréon de la Guillotine.
¶ Soulice, Histoire, I, N° 314, p. 50. Cent Ans, II, 92, 93. Fourcassié, pp. 56, 91, 99, 123, 148, 414. Duloum, p. 30. Labarère, I, N° 741.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Exemplaire de Henri Beraldi, relié plein veau glacé havane, dos à nerfs avec caissons ornés de filets d’encadrement dorés, pièces de titre maroquin rouge, encadrement de triples filets dorés sur les plats, double filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées. Ex-libris Henri Beraldi. Ex-libris gravé du possesseur actuel.


Provenance

• Henri Beraldi (1849-1931), historien des Pyrénées, inventeur du pyrénéisme, l’un des plus grands bibliophiles du XXe siècle. Le catalogue partiel de sa Bibliothèque Pyrénéenne fut dressé par Maurice Heïd en 1939, cette Bibliothèque Pyrénéenne fut en grande partie léguée à la Ville de Toulouse et déposée à la Bibliothèque Municipale, cependant les ouvrages les plus prestigieux furent cependant gardés par la famille ou distribués à des amis, notamment à Maurice et Hélène Heïd. Sa bibliothèque littéraire, dont le catalogue fut dressé par Léopold Carteret fut vendue aux enchères par Maître Etienne Ader en cinq vacations en 1934-1935, elle comprenait aussi quelques prestigieux ouvrages pyrénéens. Henri Beraldi possédait un ex-libris dont le fer fut dessiné par Cuzin, il était poussé sur des cuirs de différentes couleurs, il ne le collait que sur les ouvrages qu’il estimait comme prestigieux : a titre d’exemple dans la partie pyrénéenne léguée à la BM de Toulouse, seuls deux ouvrages portent son ex-libris ; la majorité des ouvrages de la Bibliothèque Pyrénéenne portant l’ex-libris d’Henri Beraldi sont aujourd’hui en mains privées.
• André Beraldi (1889-) quatrième enfant d’Henri Beraldi et de Maguerite Gavet, secrétaire général du Conseil d’administration de la Société Générale, bibliophile. Les ouvrages de sa bibliothèque possédaient souvent un ex-libris sur cuir de couleur dans le style de celui de son père. Il hérita d’un nombre important d’ouvrages de la bibliothèque d’Henri Beraldi, notamment pyrénéens, qu’il céda ensuite à Marcel Martin, bibliophile d’origine landaise qui fut son collègue à la Société Générale.
• Chanoine Pierre Victor Doazan (1919-2002), l’un des plus raffinés bibliophiles pyrénéens, réunit une prestigieuse bibliothèque complétée par un rare ensemble d’iconographie pyrénéenne. Cette bibliothèque était caractérisée par l’abondance des ouvrages rares réunis et par la grande qualité des exemplaires réunis. Professeur au Grand-Séminaire de Tarbes (1949), aumônier de l’Hospice Saint-Frai à Lourdes (1967). Il se sépara d’une grande partie de sa bibliothèque lorsqu’il prit sa retraite et quitta l’Hôpital Saint-Frai en 1996, ne conservant que les Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares qu’il avait réunis et une centaine de rares et beaux ouvrages sur la Bigorre. Il faisait relier ses ouvrages par le relieur parisien Adrien Lavaux (16, place Dauphine) qui exécuta notamment un assez grand nombre de reliures à la Bradel très caractéristiques, pour habiller des plaquettes : cartonnages recouverts d’un plein papier glacé uni, dans les tons de rouge ou de vert, avec des titres dorés en long au dos. On reconnaît souvent les ouvrages de sa bibliothèque grâce aux très discrètes marques au crayon qu’ils portent sur les dernières gardes : date et prix d’achat ou de reliure.
• Bibliothèque Privée.


Références

•Jacques Labarère - Henri Beraldi, Historien des Pyrénées, Amis du Livre Pyrénéen, 2013 ; Tome I, pp. 296, 297 ; Tome II, p. 66.