Les Amis du Livre Pyrénéen-

Pierre de MARCA - HISTOIRE DE BEARN (1640). Edition originale reliée en plein maroquin rouge aux armes d’alliance de Marguerite Delphine de Valbelle, Marquise de Tourves.


HISTOIRE DE BEARN, contenant l'origine des Rois de Navarre, des Ducs de Gascogne, Marquis de Gothie, Princes de Béarn, Comtes de Carcassonne, de Foix, et de Bigorre. Avec diverses observations géographiques, et historiques, concernant principalement les dits Païs. Par Me Pierre de Marca, Conseiller du Roy en ses conseils d'Estat et Privé, et Président en sa Cour de Parlement de Navarre [Marque de l’Imprimeur Camusat avec sa devise]. A Paris, Chez la Veuve Jean Camusat, rüe Sainct Iacques, à la Toison d'Or, M. DC. XL. Avec privilège du Roy.
In-f°, s.f.t., t., 2 ff.impr.n.ch. [A Monseigneur, Monseigneur de Séguier Chancelier de France], 2 ff.impr.n.ch. [Au Lecteur], 3 ff.impr.n.ch. [Seigneurs de Béarn, Errata, Privilège], 852 pp. mal chiffrées 850, 4 ff.impr.n.ch. [Les Notes de François de Moncade, marquis d'Aytone… avec un arbre généalogique à pleine page gravé sur bois], 7 ff.impr.n.ch. [Table des Matières], reproduction de sceaux gravés sur cuivre aux pp. 624, 625, 658.


Édition originale. Rare. Très recherché. Histoire du Béarn jusqu’à l’année 1300 ; l’hypothétique manuscrit d’un second volume continuant la suite n’a jamais été retrouvé. Cette Histoire, d’une importance capitale, rapporte de nombreuses pièces d’archives aujourd’hui disparues. A la page 253 on trouve une des premières descriptions du Pic du Midi d’Ossau, qui selon Marca, avec le Pic de Midi en Bareige sont les plus hautes montagnes des Pyrénées. L'ouvrage comporte des erreurs de pagination : 400, 401 au lieu de 389, 400 ; 958 au lieu de 658 ; les pp. 849-850 ne sont pas chiffrées, cependant la p. 849 est parfois chiffrée à l'aide d'un petit carton collé ; le f° 813-814 est répété deux fois sans rupture de texte. La marque de Libraire sur la page de titre est celle de Camusat, elle manque à certains exemplaires. Il existe des exemplaires en grand papier vergé, un peu plus épais et plus grands de marges que les exemplaires « ordinaires ». Une nouvelle édition, tirée à 800 exemplaires et accompagnée d'une importante étude a été publiée par V. Dubarat en 1894-1912 [Reprint de cette édition : Laffitte Reprints 1977].
¶ Brunet, III, 1393. Manescau, p. 286, N° 124. Soulice, p. 24, N° 6. Souvenir de la Bigorre, IV, 1884, pp. 60-62. Dubarat, Bibliographie de Marca, 2. Andrieu, I, 6. Labadie, N° 3240. Vinson, II, N° 1307. Barbe, N° 604 a. Palau y Dulcet, N° 150 854. Labarère, I, N° 961.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Relié plein maroquin rouge du début du XVIIIe siècle, dos à nerfs avec caissons très ornés de motifs dorés au petits fers avec fleurons centraux, encadrement d’un double filet doré sur chaque plat avec au centre les armes d’alliance de Marguerite Delphine de Valbelle, Marquise de Tourves, tranches mouchetées [OHR, 17e série, 8e partie, pl. 1740, 1er fer].
Les armes de Valbelle sont écartelées aux cantons 1 et 4 de gueules, à la croix vidée, clochée, et pommelée d’or ; aux cantons 2 et 3 de gueules, au lion d’or, armé, lampassé et couronné de même ; sur le tout : d’azur, au lévrier d’argent colleté de gueules, avec les devises Vertu et Fortune - Fidelis et Avdax.
Sont joints des courriers du Libraire Paul Chollet, installé 53, Cours de l’Intendance à Bordeaux, proposant cet exemplaire à un « bibliophile béarnais » : L’exemplaire du Marca que je vous offre se trouve rarement dans une condition pareille. Les exemplaires ainsi habillés ont une valeur commerciale double du prix ordinaire et lorsqu‘à cet habillement en maroquin vient se joindre comme dans le présent volume, les armoiries d’une illustre maison comme celle des ducs de Valbelle, la valeur n’a plus de cote fixe… .


Provenance

•Marguerite Delphine de Valbelle de Tourves (ca 1705-1784), unique héritière des marquis de Tourves, fille de Cosme Maximilien Louis Joseph de Valbelle, Marquis de Trouves, Président au Parlement de Provence et de Anne Marie de Demandols, dame de Trigance et Lestelle. Le 1er juin 1723 elle épousa son cousin André Geoffroy de Valbelle (1701-1735), marquis de Rians, baron de Meyrargues, mestre de Camp de cavalerie, premier enseigne des gendarmes de la garde ordinaire du Roi, mort à Meyrargues le 16 février 1735.
•Bibliothèque Privée.


Voir un autre exemplaire