Les Amis du Livre Pyrénéen-

Franz SCHRADER - ETUDES GEOGRAPHIQUES ET EXCURSIONS DANS LE MASSIF DU MONT-PERDU (1875). Exemplaire offert par Franz Schrader à son cousin Elisée Reclus.


ETUDES GEOGRAPHIQUES ET EXCURSIONS DANS LE MASSIF DU MONT-PERDU, par Franz Schrader [Fleuron]. Paris, Gauthier-Villars, Imprimeur-Libraire de l'Ecole Polytechnique, du Bureau des Longitudes, Successeur de Mallet-Bachelier, Quai des Augustins, 55, 1875. [Bordeaux, Imp. G. Gounouilhou, rue Guiraude, 11].
In-8°, 61 pp., 1 dessin sur bois in-t. p. 13, 1 photographie de Michelet d'après un dessin relevé à l’orographe par F. Schrader [Le Mont-Perdu vu du Soum de Port-Vieil, Photographie de Michelet d’après un dessin relevé à l’orographe, par M. Fr. Schrader. Photoglyptie Lemercier et Cie, à Paris], 1 pl. dépl. h.-t. avec 5 figures de Schrader [face p. 54], 1 carte dépl. au 40 000e en 3 couleurs h.-t. [Carte du Mont-Perdu et de la région calcaire des Pyrénées Centrales, Levée par F. Schrader & L. Lourde-Rocheblave, dressée, dessinée et gravée par Fz. Schrader, Membre de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux, de l’Association française pour l’avancement des Sciences, etc. 1874 ; Extrait des Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux], couv. bleue impr.


Très rare. Très recherché. Voir Jacques Labarère, Les Vingt Livres Pyrénéistes les plus rares, N° XIII et Bulletin Pyrénéen, 1925, N° 174 [Schrader l’écrivain pyrénéiste, par Henri Beraldi, pp. 384 et suiv.] ; sept exemplaires sont recensés dans des Collections privées.

Ce texte d'abord publié dans les Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux, Tome X [Paris, Gauthier-Villars, Imprimeur-Libraire ; Bordeaux, Chaumas-Gayet, Libraire, 1875, pp. 447-503], puis sous une forme très remaniée dans le premier volume de l'Annuaire du C.A.F. [Paris, 1875, pp. 100-128]. Le tiré à part des Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux, édité avec l’adresse de Gauthier-Villars est une brochure "devenue très rare" selon Maurice Heïd. Henri Beraldi la tient en très haute estime : "le premier récit saisissant de jeunesse, de feu sacré et de coup d'œil", "brochure très précieuse", "voyage émouvant car il est la suite directe, immédiate, des deux voyages de Ramond" ; et E.-A. Martel d'ajouter : "fondamentale et rare brochure".

La carte dépliante est de l’Imprimerie G. Chariol, à Bordeaux, il faut noter son orientation inhabituelle car le Nord est situé en bas de la carte et le Sud en haut. Il existe trois tirages différents de cette carte:
- 1° le tirage réalisé pour le Tome X des Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux, en deux couleurs : vert et brun, au bas du cartouche figure la date de 1874 sans mention supplémentaire, les Passages praticables sont en trait brun sauf lorsqu’ils traversent les glaciers : dans ce cas ils sont marqués en pointillés bruns ;
- 2° le tirage fait pour le tiré à part de la revue est en trois couleurs (vert, brun, rouge), le cartouche porte en plus la mention Extrait des Mémoires… ajoutée au-dessous de la date de 1874 ; autre différence, les Passages praticables sont marqués en pointillés rouges et dans la légende ils sont maintenant indiqués ainsi: Passages praticables (Pointillés rouges), cette couleur permettait de bien différencier les Passages praticables des Sentiers (marqués en trait brun un peu plus épais) avec lesquels on pouvait les confondre dans le premier tirage ;
- 3° le tirage fait pour l’Annuaire du C.A.F. dans lequel il a été rajouté la couleur bleue pour les parties larges du cours des Gaves, dans ce tirage, les Passages praticables sont indiqués par des lignes rouges et non par des pointillés rouges, aussi dans la légende correspondante, la mention (Pointillés rouges) a-t-elle été supprimée comme il se devait pour ne laisser que : Passages praticables, enfin, dernière modification : la mention Extrait des Mémoires… qui figure au bas du cartouche est ici mise entre parenthèses et imprimée dans un caractère plus petit que celui utilisé pour la carte accompagnant le tiré à part ; ce tirage fut distribué dans un rouleau joint à l'Annuaire, c’est la raison pour laquelle elle manque souvent à cet Annuaire.
Il est probable que le tirage prévu spécialement pour le tiré à part est celui qui porte la mention Extrait des Mémoires… sans parenthèses (tirage N° 2), cependant on trouve les deux premiers types de tirages dans les tirés à part des Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux, peut-être parce que le tirage spécial prévu pour le tiré à part s’avéra, pour une raison indéterminée, en nombre insuffisant.

Le texte existe sous deux formes :
- 1° celle qui est parue dans les Mémoires de la Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux [1 ill. in-t., 1 pl. photo h.-t., 1 pl. dépl. h.-t., 1 carte dépl.] et en tiré à part, a été reproduite par Maurice Heïd dans Les Pyrénées, I, Courses et ascensions [pp. 1-55] avec pour seules illustrations la planche dépliante h.-t. parue dans les Mémoires… et une illustration nouvelle qui est une vue partielle de la carte avant la lettre ;
- 2° une version très remaniée publiée sous un titre différent : Le Massif du Mont-Perdu (Pyrénées françaises et espagnoles) dans le premier volume de l’Annuaire du C.A.F. [Paris, 1875, pp. 100-128, avec deux illustrations hors-texte et la carte à part] et en tiré à part de cet Annuaire, puis réédité en novembre 1924 à cinq exemplaires seulement par René Gazagne [sans carte ni illustrations] et enfin repris M. Heïd dans Les Pyrénées, I, Courses et ascensions [pp. 57-81, avec une seule illustration : Le Mont-Perdu vu du Soum de Port-Vieil].
Cent Ans, III, 159-163. Labarère, II, N° 1485.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Exemplaire offert par Franz Schrader à Elisée Reclus, cousin germain de Marie-Louise Ducos, mère de Franz Schrader, relié demi-veau marron, dos lisse avec titre en long, et le super-libris Bibliothèque Géographique en queue, timbre humide ovale Bibliothèque Géographique, Hachette et Cie au titre, envoi de l’auteur au faux titre : A Elisée Reclus, son ami, Franz.
A cet exemplaire, ont été ajoutées : 2 photographies montées sur papier fort [l’une, face p. 38 est une photographie de la face Nord du Mont-Perdu, l’autre, face p. 42 est la photographie d’une aquarelle de Schrader représentant la face Nord du Mont-Perdu reproduite ci-dessus], et une planche extraite de l’Annuaire du C.A.F. de 1874 [Vallée de Bielsa, vue prise du Sommet du Corque(2595m), Fr. Schrader del., A. Gérin Sc.]. Ex-libris gravé du possesseur actuel.
Intéressante provenance, Franz Schrader et Elisée Reclus ayant eu tous deux des relations très étroites avec la maison Hachette dans le cadre des études géographiques.


Provenance

• Jacques Elisée Reclus (1830-1905), géographe et théoricien anarchiste qui participa à La Commune, co-créateur à Bruxelles de l’Université Nouvelle, membre de la Société de Géographie, auteur de nombreux ouvrages de géographie sociale et de géopolitique publiés par les maisons Hachette et Hetzel : La Terre (2 volumes), Géographie universelle (19 volumes), L'Homme et la Terre (6 volumes), Histoire d’un ruisseau, Histoire d'une montagne… Arrivé à Paris à l’âge de 27 ans, il fut l’un des premiers géographes à se lier avec Louis Hachette, avec lequel il entretint de longues relations, de même que son frère aîné Elie Reclus et son cousin Franz Schrader. Il était cousin germain de la mère de Franz Schrader : Marie-Louise Ducos.
• Bibliothèque Géographique Hachette. Cette bibliothèque du Service des publications géographiques de la maison Hachette fut créée en 1877 lorsque l'éditeur racheta la bibliothèque du géographe Vivien de Saint-Martin, riche de plus de 10000 volumes et plus de 2000 cartes, pour la mettre à la disposition de ses auteurs en tant que source de documentation. Cette bibliothèque fut d’abord installée dans la Librairie Hachette sous la direction de son premier propriétaire Vivien de Saint-Martin. A partir de 1880 elle fut dirigée par Elie Reclus le frère aîné d'Elisée Reclus. Elle fut dispersée à la fin du XIXème siècle pour des raisons économiques. A ce moment, le 17 mai 1899, la Bibliothèque de l'Institut de France a reçu en don une centaine de volumes provenant de cette bibliothèque, le reste de la collection fut vendu à des acquéreurs divers et il est fréquent aujourd'hui de retrouver des ouvrages portant le timbre humide de cette bibliothèque.
• Pierre Street (1902-1977), publiciste installé à Paris et à Pau, ayant eu de nombreux rapports avec les milieux pyrénéistes au milieu du XXe siècle, beau-frère de Pierre Caillau Lamicq dont il avait épousé la sœur Marie-Louise. Il fut un temps chargé de recueillir des ressources publicitaires pour le Bulletin Pyrénéen. C’est à son initiative que fut publié, en 1943, le Livre d’Or du Centenaire de la Première Ascension du Néthou, ainsi que son Supplément. Il avait réuni une très importante bibliothèque pyrénéiste et un fort bel ensemble de tableaux, que sa veuve dispersa peu après son décès avec l’aide et les conseils de Pierre Caillau-Lamicq.
• Bibliothèque Privée.