Les Amis du Livre Pyrénéen-

Charles de PICAMILH - STATISTIQUE GENERALE DES BASSES-PYRENEES (1858). Exemplaire relié en plein maroquin aux armes des Princes de Béarn et de Viana.


STATISTIQUE GENERALE DES BASSES-PYRENEES, par Ch. de Picamilh, Avocat, Chef de bureau à la Préfecture [Fleuron]. Tome premier [ou : Tome deuxième] [Fleuron]. Pau, Imprimerie et Lithographie de E. Vignancour, 1858.
2 vol. in-8°, Tome I, f.t., t., IV pp., 556 pp. ; Tome II, f.t., t., 498 pp. ; couv. bleues impr.


Rare. Très recherché. Tableau très complet du département des Basses-Pyrénées au milieu du XIXe siècle. Tome I : Histoire Physique, Histoire Politique, Histoire Religieuse, Histoire des Races, Revue Généalogique et Biographique ; Tome II : Objets généraux, Agriculture, Industrie, Commerce, Revue des communes, Supplément.
¶ Manescau, p. 290, N° 152. Lacaze, p. 200. Soulice, p. 10, N° 4. Barbe N° 726. Labarère, II, N° 1186.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Relié en deux volumes plein maroquin marron, armes dorées des Princes de Béarn et de Viana au centre de chaque plat, dos à nerfs, double filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées, ex-libris de Louis Elie Joseph Henry de Galard de Béarn, comte de Brassac, prince de Béarn et de Viana et de Chalais au Tome I, ex-libris du possesseur actuel au Tome II, étui bordé de maroquin pour chaque volume. Somptueux exemplaire.


Provenance

•Louis Elie Joseph Henry de Galard de Béarn (1874-1947) comte de Brassac, prince de Béarn et de Viana et de Chalais (ce dernier titre étant hérité de sa mère), duc de Cantabrie, marquis d’Excideuil, Grand d’Espagne de Première classe, camérier secret du pape Pie XII. De la 28e génération de Galard, fils de Laure Henri dit Gaston de Galard de Brassac de Béarn (1840-1893) et de Cécile Charlotte Marie de Talleyrand-Périgord princesse de Chalais (1854-1890). Diplomate, il fut notamment Secrétaire ou Conseiller d’ambassade à Washington, à Saint-Pétersbourg, à Pékin et enfin au Japon. Il épousa en premières noces Béatrice Wimans fille d’un constructeur de chemins de fer aux Etats Unis, et en deuxièmes noces Marguerite Renée Marie Arnal, semblait utiliser le même fer de reliure armorié que son père Gaston, il possédait un ex-libris circulaire, armorié portant la devise Dei gratia, sum quod sum (grâce à Dieu, je suis ce que je suis). Il fit exécuter des reliures sobres, de type janséniste, ornées du fer à dorer des princes de Béarn sur les plats. Le Catalogue de vente des fers à dorer provenant de l’atelier du relieur Simier, indique, sous le N° 162, un fer aux armes attribuable à Henri Louis de Galard.
•Bibliothèque Privée.