Les Amis du Livre Pyrénéen-

Marie Germain NOGUES - LA COUTUME DE BAREGE (1760). Exemplaire de dédicace relié en plein maroquin rouge d’époque aux armes du troisième duc de Richelieu.


LA COUTUME DE BAREGE, conférée avec les usages, ou Coutume non-écrite du Pays de Lavedan, de la Ville de Lourde, de la Baronnie des Angles, Marquisat de Benac, Et autres Endroits dépendants de la Province de Bigorre ; Où l'on fait connoître le véritable esprit & le sens de ces Coutumes, soit en rapprochant leurs propres dispositions les unes des autres, soit en indiquant la manière, dont elles sont interprétées dans l'Usage ; et Où l'on trouvera traitées un grand nombre de Questions, auxquelles ces Coutumes peuvent donner lieu [3 l.p.t., épigraphe]. Par Me. M. G. Nogues, Avocat en Parlement [Fleuron]. A Toulouse, De l'Imprimerie de Me. J. Fr. Desclassan, Imprimeur-Libraire, près le Collège de Foix [s. d.]. Avec Approbation & Privilège du Roi.
In-8°, s.f.t., t., 1 f.impr.n.ch. [Avertissement], 16 pp. [A très-haut et très-puissant seigneur Louis-François-Armand Duplessis, duc de Richelieu… (pp. 1-4), Préface (pp. 5-14), Attestations (p. 15] et Autre Attestation (p. 16)], 482 pp., bandeaux.


Edition originale. Rare. Recherché. Important ouvrage sur le droit et les coutumes de la vallée de Barèges et de la Bigorre, dédié à François-Armand Duplessis, Duc de Richelieu et de Fronsac dont les armes figurent dans le bandeau ornant le haut de la première page de dédicace : ce blason comporte les armes de Gènes, qui sont d'argent à la croix de gueules et celles des du Plessis de Richelieu : d'argent à trois chevrons de gueules. Il existe plusieurs types de pages de titre pour cet ouvrage. Une variante porte : Par Me. M. G. N. • • • en lieu de place de : Par Me. M. G. Nogues ; dans cette variante anonyme, la date [M. DCC. LX] figure après l’adresse de l’Imprimeur en lieu et place du filet qui séparait l’adresse de l’imprimeur de la mention Avec Approbation... Il semblerait que la première version soit celle qui porte le nom de l’auteur et qui est présentée dans cette Exposition. Une Explication de cette Coutume paraîtra en 1789.
¶ Manescau, p. 323, N° 154. Labarère, II, N° 1104.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Exemplaire de dédicace aux armes de Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu, dédicataire de l’édition, relié plein maroquin rouge époque, large dentelle rocaille de fleurs et de grenades sur les plats, armoiries du 3e duc de Richelieu au centre des plats, dos à nerfs orné, pièce de titre brune, coupes ornées, roulette intérieure, tranches dorées. Ex-libris armorié Casenavii equitis [D'azur, à une barre de gueules chargée du signe des chevaliers légionnaires, accompagnée en chef d'une branche de chêne d'argent et en pointe d'une vache d'or]. Ex-libris gravé du possesseur actuel.
On connaît deux autres exemplaires de dédicace de cet ouvrage dans des reliures identiques à celle-ci : un exemplaire sans ex-libris a figuré au catalogue d’un Libraire d’ancien en 2017, et un autre exemplaire avait figuré dans la bibliothèque du comte René Marie Hector de Galard de Brassac de Béarn (1862-1919) et vendu aux enchères en 1921 : troisième partie du Catalogue de la bibliothèque de M. le Comte René de Béarn [Paris, Librairie Lucien Gougy, 1921 ; lot N° 247 : In-8°, mar. rouge, large dent. dos orné, dent. int., tr. dor. (rel. anc.). Exemplaire de dédicace de Louis François Armand Vignerau du Plessis, duc de Richelieu, Maréchal de France. Riche et belle reliure], bien que ce ne soit pas indiqué au catalogue, il est fort probable que cet exemplaire possédait l’ex-libris de René de Béarn.


Provenance

•Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis (1696-1788), duc de Fronsac puis 3e duc de Richelieu (1715), prince de Mortagne, marquis du Pont-Courlay, comte de Cosnac, baron de Barbezieux, baron de Cozes et baron de Saujon, maréchal et pair de France. Il était l’arrière petit-neveu du Cardinal de Richelieu et filleul de Louis XIV et de la duchesse de Bourgogne. Il se rendit célèbre par ses débauches et ses aventures amoureuses, bien que connaissant à peine l'orthographe, il fut élu à l'unanimité à l'Académie française le 25 novembre 1720, fait chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit le 1er janvier 1729 et membre honoraire de l'Académie des Sciences en 1731. Nommé Maréchal de France le 11 octobre 1748, il fut agrégé au corps des nobles génois le 17 du même mois et autorisé à porter les armes de la République de Gênes. En 1755, étant nommé gouverneur de la Guyenne, il y découvrit et apprécia les vins de Bordeaux qu'il introduisit à la Cour qui ne buvait alors que du vin de Bourgogne ou de Champagne. En 1762 il fut Président pour le Roi aux Etats de Nébouzan. Son blason comporte les armes de Gènes unies à celles du Plessis de Richelieu.
•Maurice Antoine Casenave (1860-1935) arrière petit-fils d’Antoine Casenave (1763-1818) député des Basses-Pyrénées à la Convention Nationale.
Le catalogue d’exposition Trésors des Bibliothèques Béarnaises (BM de Pau, 1975), attribuait les ouvrages portant cet ex-libris à … son arrière grand-père Antoine de Casenave (1763-1818), député à la Convention en 1792, sénateur de l’Empire. Cependant, le style de l’ex-libris qui est loin de correspondre à cette époque, est bien représentatif de ceux que l’on a dessinés à la fin du XIXe siècle ou même au tout début du XXe siècle et il se rencontre fréquemment sur des plaquettes reliées en demie toile bleue à la bradel vers 1910-1920. Les armes figurant sur cet ex-libris sont bien celles que Napoléon Ier avait attribuées à Antoine Casenave par lettres patentes du 15 juin 1812, et qui, étant héréditaires furent portées notamment par son arrière-petit-fils Maurice-Antoine.
Ce bibliophile réunit, à partir de la fin du XIXe siècle, une importante bibliothèque centrée sur l’histoire locale de la région Nord-pyrénéenne, beaucoup de ses ouvrages étaient rares et dans des conditions remarquables. Vers 1895, l’abbé Dubarat rapporte qu’un bibliophile, le Chevalier de Casenave, lui a donné de précieux renseignements sur des ouvrages anciens concernant le Béarn. Son ex-libris se retrouve aussi sur de nombreux ouvrages ayant appartenu à G. de Lailhaçar, bibliophile basco béarnais (et aussi brésilien), décédé en 1912 ; on peut supposer que ces ouvrages entrèrent dans la bibliothèque Casenave après le décès de G. de Lailhaçar ; il est aussi fréquent de voir cet ex-libris Casenave au contreplat d’ouvrages reliés vers 1910-1920 et la Médiathèque de Pau-Pyrénées possède de nombreux et remarquables exemplaires provenant de cette bibliothèque.
•Paris, Salle Rossini, Vente aux enchères Alde, 20 février 2015 [Catalogue N° 289].
•Bibliothèque Privée.


Références

•[Catalogue de vente] - Livres anciens et du XIXe siècle Architecture – Sciences – Voyages, Maison de Ventes Alde, vente aux enchères publiques du 20 février 2015, Salle Rossini, 7, rue Rossini, Paris [N° 289].