Les Amis du Livre Pyrénéen-

Mme. Charles de MONTPEZAT – Au PIED DES PYRENEES (1839). Exemplaire ayant appartenu au Prince Prince Maurice Dietrichstein, le précepteur de l’Aiglon, puis au baron Werner de Leykam, beau-frère du Prince de Metternich.


AU PIED DES PYRENEES, nouvelles béarnaises, par l'Auteur de "Natalie" [5 l.p.t., épigraphe de Byron]. Tome I [ou : Tome II]. [Monogramme]. Paris, Gustave Barba, Editeur du Cabinet Littéraire, Collection Universelle des meilleurs romans modernes, Rue Mazarine, 34, 1839. [Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, rue Jacob, 30].
2 vol. in-8°, Tome I, f.t., t., 392 pp. ; Tome II, f.t., t., 438 pp.


Rare. Le sous-titre Nouvelles béarnaises est étonnant car l'ouvrage contient La lettre sur le Bigorre qui concerne uniquement les Hautes-Pyrénées, Alban, roman dont l'action se déroule à Bagnères-de-Bigorre et Campan, puis : Scènes biscayennes qui relatent des épisodes de la guerre carliste. Le texte est précédé d’une importante préface de Narcisse Achille Salvandy, de l’Académie Française, Ambassadeur puis Ministre de l’instruction publique à plusieurs reprises, créé comte héréditaire par le roi Louis Philippe, ce qui fait que l’ouvrage lui fut parfois attribué. L’ouvrage eut deux éditions parues la même année, la première en un volume et la seconde en deux volumes.
Une édition pirate, en 2 vol. in-12 a paru la même année à Bruxelles. Madame de Montpezat, de son nom de jeune fille Azélie Plieux est née à Garlin le 9 avril 1795, elle était fille de François, receveur de l’enregistrement de cette ville puis à Condom, et de Louise de Batz-Diusse ; elle se maria à Mascaraas-Haron le 24 septembre 1816 avec Charles de Laborde de Monpezat et décéda au Houga le 4 octobre 1876. Outre ce roman on lui doit : Natalie (1833), Corisande de Mauléon (2 vol., 1835), Gaston de Foix (2 vol., 1846).
¶ Fourcassié, p. 419. Labarère, I, N° 1069.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Relié en deux volumes demi-maroquin vert à long grain, plats de papier vert maroquiné, un filet doré en encadrement sur les plats, dos lisses ornés de filets dorés, tranches jaunes, signature autographe du Prince Maurice Dietrichstein en contregarde de chaque volume. Ex-libris manuscrit du baron Werner de Leykam sur le gardes de chaque volume. Ex-libris gravé du possesseur actuel.


Provenance

•Prince Maurice Dietrichstein (1775-1864), issu d’une illustre famille autrichienne, se battit contre les armées de la République Française sous le drapeau du roi de Naples, il fut l’aide de camp du général autrichien Mack. En 1815 l’impératrice Marie-Louise lui confia l’éducation de l’Aiglon ; après la mort de son pupille, en 1832, il fut notamment directeur de la Bibliothèque Nationale de Vienne. En 1836 il est fait chevalier de la Toison d’Or par l’empereur Ferdinand Ier d’Autriche. Les volumes de sa Bibliothèque se reconnaissent facilement car ils étaient tous reliés en demi-maroquin vert à grain long, plats de papier vert maroquiné avec un filet doré d’encadrement sur les plats, dos lisse semé d’un double filet doré soulignant les faux-nerfs, tranches jaunes, ils portent tous la signature : Prince Dietrichstein sur une page de garde. Une partie de sa bibliothèque fut vendue à Drouot le 5 février 1997 pat Maitre Langlade, l’expert étant Dominique Courvoisier.
•Franziskus Joseph Adolph Werner Baron de Leykam (1814-1883), seigneur d’Elsum et Weiler (Prusse rhénane), beau-frère du Prince de Metternich, sa sœur Marie Antonia de Leykam ayant épousé Richard Klemens de Metternich. En 1849 il avait épousé Marie Huberte Jeanne Ludovique de Schaesberg. Il possédait la manufacture de Feldmuhl qui préparait du bicarbonate de plomb, connu sous le nom de blanc de Krems.
•Bibliothèque Privée.