Les Amis du Livre Pyrénéen-

Louis LURINE et Georges GUENOT-LECOINTE - L'ILE DES FAISANS (1846). Exemplaire de dédicace relié aux armes royales de France et d’Espagne.


L'ILE DES FAISANS. Intermède chorégraphique par MM. Louis Lurine (de Burgos) et Georges Guénot. Composé pour l’Académie Royale de Musique [Fleuron]. Paris, Lacrampe fils et Compagnie, 1846.
Gr. in-8°, f.t., t., 2 ff impr.n.ch. [dédicace et liste des personnages], 16 pp.


Rare. Édition originale. Opéra comique en un acte dont l'action se déroule sur les bords de la Bidassoa, côté espagnol avec vue sur l’Ile des Faisans, a pour héros principal un Grand d'Espagne, l'action est agrémentée de danses espagnoles. Cette pièce fut écrite à l’occasion du mariage de Antoine Marie Philippe Louis d’Orléans, duc de Montpensier et dernier fils de Louis Philippe, avec la duchesse Marie Louise Ferdinande de Bourbon, Infante d’Espagne fille du roi Ferdinand VII et sœur de la Reine d'Espagne Isabelle II.
Louis Lurine (1812-1860) né à Burgos de parents français, puis élevé à Paris et Bordeaux, journaliste, auteur dramatique, romancier et historien a dédié cette œuvre aux deux nouveaux époux. Les relations avec les mariages royaux franco-espagnols sont très directes, car l’île des Faisans vit l’échange de fiancées royales d’abord en 1615 : Élisabeth, fille d'Henri IV, promise à Philippe IV d'Espagne, et la sœur de celui-ci, Anne d'Autriche, infante d'Espagne, destinée à Louis XIII, frère d'Élisabeth de France et fils d'Henri IV ; puis en juin 1660 lors du mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d’Autriche , infante d’Espagne et fille du Roi Philippe V d’Espagne.


Présentation de l'exemplaire


© Collection Privée


Relié plein chagrin rouge à la Du Seuil, avec double encadrement de trois filets dorés autour des plats, fleurons aux angles, dos lisse orné, roulette intérieure, coupes guillochées, gardes de tabis blanc, tranches dorées.
Sur le plat supérieur sont les emblèmes de la monarchie de Juillet : double table [Charte de 1830] dans un écu carré, étoile de la légion d’honneur en abîme, timbrée d’une couronne fleuronnée fermée, main de justice et sceptre crucifère passés en sautoir et six drapeaux tricolores.
Sur le plat inférieur figurent les armes royales d’Espagne : armes de Ferdinand VII entourées des colliers de la Toison d’Or et de Carlos III, timbrées de la couronne royale ; étiquette du relieur Lardière, 30 rue Louis de Grand. Ex-libris armorié gravé du duc de Montpensier, infant d’Espagne, portant San Telmo - Biblioteca de S.A.R. el Ser. Señ. Infante Duque de Montpensier avec les armories d’alliance du duc et de son épouse. Cet ex-libris qui porte l’indication d’Infant est postérieur à 1859 car le duc de Montpensier fut promu au rang d'infant d'Espagne par la reine Isabelle II le 10 octobre 1859, il y est fait mention de la Bibliothèque du Palais de San Telmo (Séville) que le duc de Montpensier avait acquis en 1844.
Il est plus que probable qu’il s’agisse là d’un exemplaire de dédicace que les auteurs firent relier par Lardière pour l’offrir aux jeunes époux ; en effet, ces mêmes auteur ont publié deux autres livrets d’opéra dédiées au duc de Montpsensier : Les Fiancés d'Aranjuez et L'Île des paysans, publiées également en 1846 chez Lacrampe fils et Compagnie [2 vol. in-8 de 32 pp. ; [4] ff., 16 pp.], on connaît pour chacun de ces titres un exemplaire portant un envoi des auteurs au général comte Marie-Théodore de Rumigny, aide de camps du roi Louis-Philippe, avec des reliures similaires de plein chagrin rouge à la Du seuil, double encadrement de trois filets dorés sur les plats, fleurons aux angles, chiffe TR surmonté d'une couronne comtale au centre, dos lisse orné, roulette intérieure, tranches dorées (reliures de Lardière).


Provenance

• Antoine Marie Philippe Louis d’Orléans (1824-1890), cinquième et dernier enfant du roi des Français Louis-Philippe, duc de Montpensier, duc de Galliera, infant d’Espagne en 1859 (titre concédé par Isabelle II Reine d’Espagne), époux de Louise-Ferdinande de Bourbon, fille du roi Ferdinand VII d’Espagne. Bibliophile raffiné et mécène, beaucoup de livres de sa bibliothèque étaient reliés à son chiffre ou à ses armes. Son ex-libris (54 x 54 mm) a été gravé par Decourcelle comporte deux écus (armes d’alliance) : le premier d’azur à trois fleurs de lys d’or au label à trois pendants d’argent (Orléans ), le second écartelé aux 1 et 4 : de gueules à la tour d’argent, aux 2 et 3 : d’argent au lion couronné d’or. Sur le tout : d’ azur à trois fleurs de lys.
• Bibliothèque Privée.