Les Amis du Livre Pyrénéen-

IV. Histoire d'un Coeur

L’"Histoire d'un Cœur", ouvrage anonyme publié à Bayonne en 1872, retrace les amours malheureux d’H. Russell, auxquels son père s'opposa inexorablement. Les protagonistes se nomment Arthur et Isabelle. La trame de l’ouvrage repose sur les activités antérieures d'H. Russell, réutilisées de façon non chronologique et avec quelques transpositions. Isabelle est "fille aînée d'un évêque anglican […]. Elle n'avait que vingt ans […]. Elle était grave et riait peu, elle aimait peu la danse et les plaisirs bruyants, mais la musique avec passion […]. Elle était protestante, mais libérale, puséiste même". Le héros, Arthur est âgé de 30 ans, il est "né à la Martinique, Anglais du côté maternel et français par son père", il fit ses études à Pont-le-Voy, a voyagé dans sa jeunesse : Sibérie, Inde, côtes de Patagonie, Pérou, Cap Horn, et fait des ascensions dans les Pyrénées en passant seul des nuits sur les sommets ; c'est en fait, mis à part la transposition des origines, tout le portrait d'Henry Russell. Isabelle est irlandaise et protestante, alors qu'Arthur est catholique ; circonstance plus qu'aggravante, aucun des deux protagonistes ne possède une grande fortune, voilà les origines du drame et les raisons de l'opposition farouche du père d'Arthur/Henry.

Les spéculations sur l’identité d’Isabelle, de même que sur la date de cette aventure sont d’autant plus nombreuses que l’on dispose de peu d’éléments. Rappelons qu’aucune donnée concrète ne permet à ce jour de déterminer l’identité de cette jeune fille, et que la correspondance de Thomas-Johon Russell avec son fils Franck, date clairement cette aventure de la fin des années 1860 et du début des années 1870.

Les dates du roman, fictives, sont généralement décalées d'une dizaine d'années par rapport à la biographie réelle de l'auteur. Les faits réels se situent ans la période 1867-1872, alors que le roman débute à Biarritz le 1er décembre 1860, où le héros qui vient d’avoir trente ans, rencontre deux jeunes irlandaises, dont Isabelle. En mai 1861 Arthur revient à Pau retrouver Isabelle et ensemble ils font une excursion à Betharram. Ensuite, Isabelle part pour Londres et fin août, c’est Arthur qui se met lui aussi en route pour l’Angleterre. Après un bref arrêt à Paris au cours duquel il va se recueillir à l’église de la Madeleine, il arrive à London Bridge, puis part pour Oxford, Worcester, Malvern, Gloucester et revient à France à la fin de l’année 1861. Tous ces lieux d'Angleterre, se retrouveront plus tard, d'une façon quelque peu anachronique dans les "Souvenirs d'un Montagnard". Le mois d’août 1862 le voit à Luz, réaliser l'ascension du Mont-Perdu par l'Astazou, sous un violent orage, puis préparer son futur voyage autour du monde. En janvier 1863 il est à Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Pau ; l'été suivant il est dans les Alpes pour gravir le Mont-Blanc le 20 juillet, avant d’aller explorer le Mont Rose. Cette trame est entrecoupée de tristes épisodes et de longues digressions concernant ses amours contrariés.

Arthur s'embarque le 1er mai 1862 [1863] au Havre, sur le "Brave-Lourmel" pour un long périple ; le nom est celui du navire sur lequel le jeune Russell fit son premier voyage aux Amériques. L’itinéraire d'Arthur est celui des voyages d'Henry Russell présentés dans le désordre : Brésil, détroit de Magellan, Lima, Melbourne, Ceylan, Bombay, Tibet, Inde, Darjiling, Kinchinjinga, Sibérie, Omsk, Moscou ; c'est là qu'il apprend la mort d'Isabelle, avant de revenir en France. Après un nouveau séjour à Biarritz, Arthur "quitta pour toujours le Midi de la France et ses chères Pyrénées" pour aller se faire assassiner par les Guiliaques en Sibérie Orientale. Ces lieux, ces voyages, ces ascensions, rappellent les "Seize mille lieues" et beaucoup se retrouveront sept ans plus tard –avec quelques extraits du roman reproduits parfois intégralement- dans les "Souvenirs d'un Montagnard".

Ce roman est aussi et surtout un livre de montagne. De nombreuses pages sont occupées par des récits d'ascensions : ascension du Mont-Blanc et surtout le seul récit connu de la première ascension du Mont-Perdu par le col de l'Astazou. Le chapitre "Ascensions du Mont-Blanc"... des "Souvenirs d'un Montagnard" n'est que la longue paraphrase des pages 130-143 de l'"Histoire d'un Cœur". C’est dans ce livre que paraît pour la première fois le passage de rêverie nostalgique dans l’église de la Madeleine à Paris, qui sera reproduit et maintenu sans grands changements dans toutes les éditions des "Souvenirs d’un Montagnard" où, sans disposer d'autres éléments, l'on n'en comprend pas l'utilité ; la lecture de l’"Histoire d’un Cœur" donne la clef de ce passage parisien et nostalgique qui se réfère très directement à ses amours impossibles.

L'"Histoire d'un Cœur" est à l'origine de la naissance de la "Légende du Gave" qui entoure, faussement, l'édition originale des "Souvenirs d'un Montagnard". En effet, c'est l'"Histoire d'un Cœur" et non pas les "Souvenirs", que son auteur noya dans le Gave de Pau – ou plus probablement, détruisit par le feu- peu après l'impression.

Si la date portée sur la page de titre est exacte, le roman a été écrit et publié au moment même où cet histoire d’amour s’achève sous la pressions parentales. Il est difficile d'élucider les raisons qui poussèrent Henry Russell à l'éditer, elles sont certainement multiples, ce fut probablement tout à la fois un exutoire pour soulager une trop grande tension, mais aussi une tentative pour fléchir un père trop rigide qui publie la même année Angleterre et France, dans lequel il exprime toute sa réticence pour les mariages mixtes. C'est en effet dans le courant de l'année 1871 que la crise entre Henry Russell et son père atteint son paroxysme. Thomas-John se montrera inflexible et refusera sans discussion possible le projet de mariage de son fils aîné, allant jusqu'à menacer de lui couper les vivres.

Aujourd’hui, cet ouvrage de toute rareté n’est connu que par trois exemplaires, deux conservés dans des collections privées et un à la Bibliothèque Intracommunautaire de Pau-Pyrénées. L’ouvrage a en effet été répertorié par Gébriel Loirette en 1912 dans le Catalogue de la Bibliothèque de la Ville de Pau, et ensuite il tomba dans l’oubli, pour réapparaitre dans un catalogue d’exposition avec une date de parution erronée Sa première description exacte fut publiée en 1986 dans l’"Essai de Bibliographie Pyrénéiste", ce qui n’empêcha pas d’autres descriptions plus qu’approximatives. En 2007, il a été réédité par "Les Amis du Livre Pyrénéen", avec le soutien ferme de la famille Russell qui estimait sa publication indispensable pour comprendre et rétablir la vérité sur la vie sentimentale d’Henry Russell.

"AUX PYRENEES, ODE", POEME D'HENRY RUSSELL [1864]
HENRY RUSSELL – "HISTOIRE D'UN CŒUR", EDITION ORIGINALE [1871]
PREMIERE MENTION D'"HISTOIRE D'UN CŒUR" DANS UN CATALOGUE [1912]
DEUXIEME MENTION D'"HISTOIRE D'UN CŒUR" DANS LA LITTERATURE [1978]
TROISIEME MENTION D'"HISTOIRE D'UN CŒUR" DANS LA LITTERATURE [1986]
QUATRIEME MENTION D'"HISTOIRE D'UN CŒUR" DANS LA LITTERATURE [1991]
HENRY RUSSELL – "HISTOIRE D'UN CŒUR", NOUVELLE EDITION [2007]
JACQUES LABARÈRE – "HENRY RUSSELL ET L'HISTOIRE D'UN CŒUR" [2007]
JACQUES LABARERE – "HISTOIRE D'UN CŒUR, UN OUVRAGE MYTHIQUE D'HENRY RUSSELL" [2009]