Les Amis du Livre Pyrénéen-

Présentation de l’Exposition Virtuelle Trésors des Bibliothèques Pyrénéennes

 

 

Un large consensus chez les bibliophiles et les conservateurs du patrimoine est à l’origine de l’exposition virtuelle des Trésors des bibliothèques pyrénéennes. En effet, ces dernières décades ont bouleversé la bibliophilie en général et, pour ce qui nous concerne, la bibliophilie pyrénéenne pour l’orienter vers la recherche d’exemplaires uniques ou exceptionnels ; les causes sont liées tout à la fois au développement des techniques d’impression et à la facilité d’accès aux bases de données mondiales via internet.

Longtemps, le souci premier des bibliophiles a été de se procurer des textes, souvent dans le meilleur état possible et éventuellement avec des provenances attestées. Ensuite, les nouvelles technologies, notamment la numérisation, ont mis à la portée de tous, des textes considérés auparavant comme rares ou même introuvables. Du point de vue de la circulation du savoir, il s’agit bien sûr d’une aubaine. Dans le même temps, la mise en ligne des fonds de libraires du monde entier ont donné accès à un large marché devenu international, ce qui a considérablement diminué la rareté de nombre d’ouvrages, maintenant devenus communs. L’accès au texte étant devenu très facile, l’intérêt des collectionneurs s’est porté vers la recherche des mêmes textes dans un état exceptionnel, lesquels voient atteindre des sommets. Ainsi, à côté du texte, la qualité des exemplaires est de plus en plus prise en considération, appliquant au domaine pyrénéen des valeurs bibliophiliques plus universelles.

                  

C’est dans ce contexte qu’est née l’exposition virtuelle Trésors des Bibliothèques Pyrénéennes. Elle a été précédée, en 2010, par la mise en ligne de l’exposition virtuelle Henry Russell, présentant le plus important ensemble de documents et d’objets (645 à ce jour) jamais réunis sur ce pyrénéiste. Ils proviennent de collections publiques réparties sur tout le versant Nord des Pyrénées et de collections privées françaises et espagnoles. Son succès a été notable : à ce jour, plus de 150 000 pages en ont été consultées par des internautes originaires d’une bonne vingtaine de pays.

 

 

Les thèmes de l’Exposition Virtuelle

Les ouvrages de cette exposition inédite concernent les thèmes pyrénéens et, précisons-le bien, pas seulement pyrénéistes. En cela, nous prolongeons le précepte de Louis Le Bondidier : rien de ce qui est pyrénéen ne nous est étranger, aussi, sont considérés des ouvrages sur l’histoire, la géographie, les sciences, le thermalisme, la littérature, la chasse, etc. Le but est de présenter un ensemble d’ouvrages pyrénéens qui, pour reprendre l’expression d’un bibliophile émérite, ont, à un titre ou à un autre, une âme, et sont remarquables pour leur contenu ou leur rareté, ou pour leur condition exceptionnelle.

Dans les différents domaines de la bibliophilie, le thème pyrénéen est l’un des plus actifs, aussi bien pour l’intérêt des textes et des exemplaires que pour le nombre de bibliophiles passionnés. Au cours de générations successives, ils ont réuni des ensembles témoignant d’un goût mûri au fil du temps. De leur côté, les fonds patrimoniaux ont, eux aussi, conservé des trésors, soit à la suite de donations, soit grâce à la politique d’achats généralement judicieuse de leurs responsables successifs. Cette exposition, par la qualité des ouvrages présentés, concerne une bibliophilie universelle dans laquelle les grands thèmes cités plus haut rencontrent les domaines liés aux Pyrénées. Aussi l’on trouvera des ouvrages passés dans des collections dont le prestige est international, bien que leurs noms ne parlent pas forcément aux oreilles pyrénéennes, mais dont les titres pyrénéens figurent parfois dans des ventes prestigieuses chez Sotheby’s, chez Christie’s ou à Drouot. Au fil du temps, et grâce à l’accessibilité facile à l’information, ils ont trouvé le chemin des bibliothèques localisées dans leurs lieux d’inspiration : les Pyrénées.

 

 

Les bibliothèques participantes et la sélection des exemplaires

Cette exposition des Trésors des bibliothèques pyrénéennes est fédérative et transfrontalière, autour du thème pyrénéen, elle présente des exemplaires prestigieux conservés dans les collections publiques et privées des Pyrénées françaises et espagnoles, permettant de découvrir les trésors réunis et préservés avec passion et de mettre en valeur les richesses patrimoniales.

Pour le côté français, les bibliothèques, services d’archives et musées participant à cette exposition sont localisés dans les départements des Pyrénées-Atlantiques (Médiathèques de Bayonne et de Pau, Musée Basque de Bayonne, Musée National du Château de Pau), des Hautes-Pyrénées (Médiathèque de Bagnères-de-Bigorre, Musée Pyrénéen du Château Fort de Lourdes, Archives des Hautes-Pyrénées), de la Haute-Garonne (Médiathèque de Toulouse), des Pyrénées-Orientales (Médiathèque de Perpignan, Archives des Pyrénées-Orientales) et, pour le versant Sud, dans les Communautés du Pays Basque, de Navarre, d’Aragon et de Catalogne, avec notamment trois Bibliothèques Universitaires de Saragosse, la Bibliothèque de Navarre (Pamplona), les Archives Royales de Navarre (Pamplona), la Bibliothèque Koldo-Mitxelena de San Sebastian, la Biblioteca Foral de Vizcaya. Il en va de même pour la cinquantaine de bibliothèques privées explorées. A celles qui sont localisées dans les Pyrénées, il faut ajouter quelques bibliothèques de pyrénéens "exilés" à Paris, d’en d’autres villes de France ou même à l’étranger, notamment aux U.S.A.

      

Les collections ont initialement proposé une première sélection d’environ 1 300 ouvrages. La sélection finale a été faite selon trois critères présentant des degrés divers selon les ouvrages: (i) l’importance du texte, (ii) et/ou la rareté de l’ouvrage, (iii) et/ou une reliure ou provenance(s) exceptionnelle(s) et a permis de retenir, pour des raisons parfois très différentes, environ 350 ouvrages : livres, albums, manuscrits.

C’est ainsi que l’on trouvera un texte important et rare : l’édition originale des Bellezas del Alto Aragon (1913) tel que paru dans son humble brochage d’époque, avec quelques défauts d’usure à la couverture. A l’autre extrémité des caractéristiques physiques est exposé le Notre-Dame de Lourdes (1877) d’Henri Lasserre, ouvrage important pour l’histoire pyrénéenne et qui fut un bestseller plus de cent fois réédité, habillé ici par le relieur parisien Pagnant d’une rare et somptueuse reliure en plein maroquin aux armes du Prince de Béarn et de Viana. D’autres ouvrages ont des caractéristiques émouvantes dans leur modestie, comme l’exemplaire personnel d’Henry Russell des Cent Ans aux Pyrénées, sobrement relié par le palois Ed. Laügt.

La liste restreinte de 350 exemplaires a ensuite été soumise à l’ensemble des participants qui ont apporté les ultimes modifications, suppressions et ajouts.

 

 

Les exemplaires sélectionnés

La sélection des exemplaires a été l’occasion d’identifier nombre de provenances d’ouvrages, provenances qui étaient longtemps restées mystérieuses, plus particulièrement dans les collections privées. C’est ainsi que le précieux exemplaire du Voyage au Mont-Perdu de Ramond (1811), provenant de la Bibliothèque Henri Beraldi, passé ensuite dans les Bibliothèques de Maurice Heïd, de Pierre Street, puis de Pierre Caillau Lamicq, vendu à Drouot le 14 décembre 2004, possédait l’ex-libris monogrammé L.R. d’un premier possesseur que, ni les vendeurs successifs, ni P. Caillau-Lamicq, ni l’expert de sa vente n’avaient pu identifier : il s’est avéré qu’il s’agissait de l’ex-libris de l’homme politique Alexandre Ledru-Rollin (1807-1874) : superbe multiple provenance pour un ouvrage de Ramond.

         

Pour ce qui est des reliures aux armes nous prendrons l’exemple du très bel exemplaire de l’édition originale de l’Histoire de Béarn (1640) de Pierre de Marca, relié en plein maroquin noir d’époque, avec des armes mosaïqués sur les plats [d’or à la bande de gueule, l’écu timbré d’une couronne à trois fleurons et deux perles], armes restées longtemps mystérieuses, y compris pour le libraire vendeur, et jusqu’à ces derniers mois pour l’acheteur. Il s’est avéré qu’elles étaient celles d’un membre d’une très grande famille européenne : Albert-Henri (1615-1641), deuxième Prince de Ligne, deuxième prince d’Amblise, prince du Saint-Empire, pair sénéchal et maréchal de Hainaut, grand d’Espagne, chevalier de la Toison d’Or, vice-roi de Sicile, etc…. !

Nous ne saurions trop le souligner, si cette exposition présente un large panorama des richesses de la bibliophilie pyrénéenne, elle n’est et ne peut être une bibliographie. La réunion des exemplaires présentés dépend d’abord de l’état des exemplaires connus ; avec une sélection finale limitée à un peu plus de trois cents ouvrages, beaucoup de titres ou d’auteurs sont absents. Par contre, les intérêts et les soins de la longue chaîne de bibliophiles au cours des siècles s’est souvent concentrée sur quelques rares et grands textes, souvent dans des états exceptionnels, aussi pour ces textes qui furent précieux à beaucoup de bibliophiles, nous en avons présenté plusieurs. La passion des bibliophiles s’est toujours porté vers la mythique édition originale des Souvenirs d’un Montagnard (1878) de Russell ; ils se sont attachés à réunir ou constituer des exemplaires tous plus prestigieux les uns que les autres ; c’est pourquoi plusieurs sont exposés, représentant chacun un état remarquable de cette édition de 1878.

A l’inverse, si nous en avons vu de nombreux bons exemplaires, nous n’avons à ce jour trouvé aucun exemplaire exceptionnel des 16 000 lieues à travers l’Asie et l’Océanie du même Henry Russell.

Pour des raisons différentes, plusieurs exemplaires de l’édition originale des Trois mois dans les Pyrénées d’Alfred Tonnellé sont présentés. Dans ce cas, les beaux exemplaires n’ont pas été constitués au fil du temps par des bibliophiles : c’est la mère de Tonnellé qui les fit somptueusement habiller, nous en avons finalement retenu trois, tous bien typés. L’un est dans une des rares reliures connues à être signée Mame, il fut présenté à l’Exposition Universelle de Londres en 1862 ; l’autre est, avec les deux volumes du Voyage en Angleterre, dans de rares et homogènes reliures de deuil, et le troisième révèle un autre avantage de ce type d’exposition qui permet de réunir virtuellement des volumes séparés depuis longtemps. C’était le cas de trois volumes que Mme Tonnellé offrit à Paul Mame, compagnon de voyage d’Alfred Tonnellé au début de son voyage : les Trois Mois dans les Pyrénées qui après être passé dans de nombreuses mains, dont il y a cinquante ans celles d’un libraire d’Avignon, puis une célèbre Bibliothèque lourdaise et aboutirent, il y a vingt ans, une collection privée ; il retrouve le Voyage en Angleterre, offert par la mère de Tonnellé toujours au même Paul Mame, précieusement conservés dans une bibliothèque privée située à 400 kilomètres de la première.

                                     

Un cas similaire et tout aussi intéressant est celui de l’itinéraire de trois volumes de l’œuvre de Mary Boddington : les deux tomes des Sketches in the Pyrenees (London, 1837) et son volume de Poems (London, 1839), tous somptueusement reliés à l’identique en plein chagrin violet, tranches dorées pour la Bibliothèque de William Berry of Tayfield dont ils portent l’ex-libris. Ils furent ensuite dispersés. Les Poems après être passés par la Bibliothèque de la Comtesse de Montebello sont depuis un demi-siècle dans une collection privée ; les Sketches in the Pyrenees eux, passèrent ensuite dans la Bibliothèque Hamilton Aidé et se retrouvent à présent dans une autre somptueuse collection privée. Quelle ne fut pas la surprise de découvrir ces trois volumes qui s’ignoraient depuis probablement plus d’un siècle dans des bibliothèques situées à 200 kilomètres l’une de l’autre et de pouvoir reconstituer l’ensemble originel. Fascinant destin des volumes !

 

 

Les Manuscrits

Au cours des explorations des bibliothèques publiques, une surprise fut de constater la grande quantité des manuscrits conservés. Aux côtés des manuscrits des grands textes classiques, les réserves abritaient de nombreux manuscrits inédits, d’intérêts variables. Dans ce domaine la sélection fut drastique ; n’ont été retenus que quelques manuscrits de grands textes publiés, tels ceux des Carnets Pyrénéens de Ramond, du Voyage dans les Pyrénées de Saint-Amans, du 60 ans aux Pyrénées de Maurice Gourdon, et des inédits représentant un intérêt notoire : le Journal de Barèges des Bordeu, les 4 superbes volumes de l’étude monographique sur la Vallée de Barèges de J.-P. Rondou, les passionnantes Notes Alpines de Jean d’Ussel, et le seul exemplaire complet de l’Histoire et Généalogie des Maisons de Galard et de Béarn par Jean de Jaurgain.

A la limite de l’album et du manuscrit, toujours en provenance de la famille de Béarn, signalons l’acte manuscrit, de format in folio, somptueusement calligraphié et enluminé, par lequel le roi d’Espagne Alphonse XIII accorde les titres de Prince de Béarn et de Viana à Louis Jean Sanche Arsieu de Galard de Béarn, acte d’une vingtaine de feuilles sur carton dans une reliure d’époque de plein velours rouge, avec sur chaque plat, un double encadrement de filets dorés, des fleurons en écoinçons et les armes royales d’Espagne au centre, gardes de soie beige brodée, tranches dorées.

Les manuscrits cités plus hauts sont entrés dans des collections publiques ou privées grâce à la vigilance et aux efforts de conservateurs ou de bibliophiles avisés. Les deux derniers, vendus à Drouot aussitôt après leur sortie de la famille de Béarn, ne furent pas repérés par des institutions publiques patrimoniales et tombèrent dans l’escarcelle de collectionneur privés vigilants. Faut-il s’en réjouir ?

 

 

Les provenances et le devenir des bibliothèques

Cette exposition permet également de faire un bilan des possesseurs successifs des ouvrages. En premier lieu les provenances « pyrénéennes » dans lesquelles il faut citer quelques grandes bibliothèques : celles de Ramond, Saint-Amans, Henri Beraldi, les barons Marc et Bertrand de Lassus, Louis Barthou, Edouard Privat, Maurice Heïd, Raymond Ritter, François Faure, Armand Sarramon, Jean Senmartin, Pierre Caillau-Lamicq, le chanoine Doazan, et pour le côté espagnol, la bibliothèque d’Amadeo Delaunet y Esnaola (Saint-Sebastien) continuée par son neveu Charles et celle d’Isidoro Fernández (Barcelone).

Pour ce qui est des bibliothèques non pyrénéennes renfermant des trésors pyrénéens, la liste est longue, les plus prestigieuses, si ce n’est les plus connues, étant celles de Henri IV, Colbert, Louis XIV, Napoléon Ier, Impératrice Joséphine, duchesse d’Angoulême la dernière dauphine, duchesse de Berry, Louis-Philippe, Napoléon III, Emile Zola,  Lord Derby, Huysmans, Louis Barthou et pour la chasse les bibliothèques Schwerdt, Kurt Linder (Biblioteheca Tiliana), Mottin de la Balme, baron Greffulhe (modèle de Marcel Proust pour le personnage du duc de Guermantes), Du Verne. Tout ceci n’étant qu’une courte liste annonçant un ensemble impressionnant de très riches provenances.

                 

Lors des nombreux échanges avec les bibliophiles et des conservateurs du patrimoine ont maintes fois été évoqués les devenirs variés des bibliothèques. Il est rare que la passion bibliophilique traverse les changements de génération, les familles de Gorsse et de Lassus constituant de rares exceptions. Certaines bibliothèques furent léguées à des institutions, d’autres vendues à des professionnels ou aux enchères et dispersées avec ou sans catalogue. L’expérience montre qu’il n’y a pas de « bonne solution », la conservation, aussi bien publique que privée dépend de la compétence et de l’intérêt de longues lignées de bibliophiles et de conservateurs du patrimoine. Il n’est que de comparer les devenirs des Bibliothèques de François Faure et de Raymond Ritter, deux grands bibliophiles aussi rivaux que liés par leur passion et leurs activités communes pyrénéennes, lesquels, à la même époque, léguèrent leurs bibliothèques à des institutions différentes. La seule garantie de bonne conservation sur le long terme est le maintien d’une passion bibliophilique chez les particuliers et chez les conservateurs pour lesquels il faut ajouter un scrupuleux sens de la conservation et de la mise à disposition, qualités heureusement fort répandues.

 

 

L’Exposition Virtuelle

Cette exposition n’est pas une étude bibliographique, aussi une présentation initiale par auteur ou par thème n’aurait pas eu de sens. C’est pourquoi une présentation par époques, a été retenue. Les livres et manuscrits sont donc présentés chronologiquement en six périodes : les exemplaires antérieurs à 1500, puis ceux des XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Un moteur de recherche permet de trier ensuite les exemplaires selon leurs propriétaires successifs ou encore selon les relieurs, enfin, pour satisfaire l’ensemble des approches, ce moteur permet de retrouver les ouvrages classés par auteurs ou par thèmes : pyrénéisme, histoire, littérature, sciences-thermalisme-chasse, albums et manuscrits.

Chaque "trésor" est considéré comme une œuvre à part entière, éclairé par la constitution d’un « dossier d’œuvre », selon la terminologie muséale. Dans certains cas, il était possible d’exposer des documents complémentaires liés à un exemplaire, ils ont alors été réunis dans une fiche annexe, liée par lien hypertexte à la fiche principale. Nous en donnerons deux exemples. L’un concerne le Tableau des Pyrénées Françaises d’Arbanère, exemplaire de l’auteur, qui est accompagné d’un remarquable recueil des compte rendus de journaux commentant la parution de l’ouvrage, constitué par Arbanère lui-même, dans lequel il a parfois recopié de sa main les articles, et par l’original du manuscrit du poème [7 pages] d’Eugène de Pradel, probablement inédit, intitulé Epitre à Monsieur Arbanère, chevalier de l'ordre Royal de la Légion d'honneur, Maire de la Ville de Tonneins, Sur son ouvrage intitulé Tableau Des Pyrénées françaises. Autre exemple : les deux premières éditions de l’Ascension au Vignemale du Prince de la Moskova, pour lesquelles une fiche annexe donne les caractéristiques et les photographies des publications successives du texte dans des revues et des rééditions de qualité.

Cette exposition virtuelle met en valeur le riche patrimoine bibliophilique des deux versants des Pyrénées, elle est le résultat d’une large coopération transpyrénéenne au sujet de laquelle il faut souligner la disponibilité et l’enthousiasme de tous les contributeurs, publics et privés. La mise en ligne de l’exposition est progressive et se fait par tranches d’une vingtaine d’ouvrages environ. La quasi-totalité des participants a souhaité qu’elle fasse l’objet d’un catalogue papier, ce qui n’est pas exclu à l’avenir. Enfin, l’examen d’un grand panel d’exemplaires candidats à figurer dans ce trésor a permis d’étoffer un autre catalogue, initié il y a une quinzaine d’années, celui des marques de possessions (ex-libris, super-libris, timbres humides, timbres secs, signatures, etc.) et des possesseurs d’ouvrages pyrénéens. Il serait intéressant que cette somme de connaissance fasse également l’objet d’un catalogue